La Boîte noire

la boite noireLa Boîte noire et autres nouvelles –Tonino Benacquista

4ème de couverture

Un homme tout juste sorti du coma qui reçoit de l’infirmière la transcription de ses secrets  les plus enfouis, de son passé le plus perdu. Un jeune homme sur les traces d’un amour passé pour exaucer les dernières volontés de son oncle. Un type, un peu paumé, se souvient du temps où il    savait arrêter la pluie. Un mari est prêt à tout pour rencontrer sa maîtresse malgré une femme maladivement jalouse. Un journaliste pense réaliser sa meilleure interview et conquérir la femme de sa vie en une soirée. Autant de personnages bien ordinaires, confrontés à des situations extraordinaires, et qui, de petites lâchetés en mensonges minables, se retrouvent fatalement dans une position aussi intenable que réjouissante…

Une lecture rapide que ces nouvelles, toutes très différentes, si ce n’est qu’elles mettent à chaque fois un personnage ordinaire dans une situation peu banale.

L’ordinaire, on croit le trouver dans Un temps de blues, où un homme, pour échapper à une pluie diluvienne, vient se réfugier dans un bar. Ce bar recèle un trésor, un juke-box, et les musiques le font voyager dans le temps, un temps où il savait arrêter la pluie. Saurait-il le faire encore ?

Dans Transfert, une femme est persuadée que son mari a des problèmes et doit voir un psy. Devant le refus du mari qui assure ne pas avoir besoin d’aide, la situation empire et le couple est en proie à une terrible crise – le manque de confiance et la jalousie s’installent. Le mari finira par céder et voir quelqu’un, comme elle l’avait suggéré, mais est-ce bien ce que la femme voulait au départ ?

Quand comme dans La Volière un vieil oncle meurt en disant « Je veux être enterré près de la  volière », on tente de respecter ses dernières volontés. Mais s’il n’y a aucune volière aux alentours, que faire ? C’est le début d’une incroyable recherche pour Jeannot, qui va aller de découverte en découverte. Son vieil oncle n’a pas eu la vie qu’il imaginait.

Un journaliste va vivre une folle journée. Alors qu’il n’a aucun avenir professionnel, une occasion en or s’offre à lui, mais il va de décision stupide en décision stupide et ruine toutes les chances qui lui sont données. (La Pétition)

Un jeune homme, là encore sans histoires, se retrouve à l’hôpital dans le coma à la suite d’un accident de la    route. Lorsqu’il sort du coma , un coma vigile comme lui expliquera l’infirmière qui l’a veillé, cette même infirmière lui donne un petit carnet dans lequel elle a noté son délire verbal de comateux. De retour chez lui, après bien des hésitations, il ouvre cette  Boîte noire , et là commence un voyage dans son inconscient qui va transformer sa vie.

Les cinq nouvelles sont toutes très agréables à lire, notamment La Volière, et La Pétition,    drôle et désopilante, mais La Boîte noire sort quand même du lot. Particulièrement bien construite, avec une chute surprenante, elle donne matière à réflexion sur la mémoire et sur les mystères de l’inconscient. Pas étonnant qu’elle ait donné lieu à des adaptations en BD ( Ferrandez-Benacquista) et au cinéma (R. Berry).

Publicités
Cet article a été publié dans Nouvelles. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s