Mma Ramotswe détective

mma ramotswe détectiveMma Ramotswe détective –  Alexander Mc Call Smith

Titre original : No.1 Ladies Detective Agency

Vous connaissez Mma Ramotswe ? Non ?

Mma Ramotswe, de son petit nom, Precious, est un personnage à découvrir !

A la mort de son père, elle décide d’utiliser son héritage pour ouvrir une agence de détective. Ce n’est pas commun à Gaborone, capitale du Botswana. Surtout qu’elle n’a aucune expérience.

Après une enfance choyée par un père et une belle-mère aimants, elle a vécu des moments difficiles auprès d’un mari alcoolique et violent. Elle a également perdu un bébé. Mais c’est une gagnante cette Precious, elle n’est pas du genre à se laisser abattre.

Elle compte sur son flair, son sens de l’observation, son culot incroyable. Les affaires lui arrivent d’ailleurs sans avoir besoin de faire de publicité, et sont résolues avec une rapidité et une facilité incroyables.

Ses affaires se résument à traquer les maris absents et des escrocs en tout genre, rien    d’extraordinaire.

Elle traîne son grand corps nonchalant dans la capitale (on se demande d’ailleurs comment elle arrive à passer inaperçue lors de ses filatures), à pied ou dans sa camionnette blanche, passe son temps à lire des magazines et à boire du thé rouge, et feint d’ignorer les yeux doux que lui fait son ami le garagiste.

Les enquêtes n’ont pas vraiment d’importance, trop vite résolues, sans lien apparent (il paraît qu’en fait l’auteur voulait rédiger des nouvelles et qu’il a fini par tout rassembler, ceci explique peut-être cela).

L’intérêt de cette lecture, et je vous assure qu’il y en a un, c’est ce personnage de Mma Ramotswe, une plantureuse femme africaine qui aime son pays et qui y pose ainsi que sur ses compatriotes, un regard amoureux.

C’est également la découverte de ce pays, des couleurs, des odeurs et des saveurs. On part vraiment en voyage avec Mma Ramotswe. On découvre une autre Afrique. Rien à voir avec les luttes fratricides, les exactions de tout poil…Certes on découvre qu’il y a des trafics d’enfants réduits à l’eclavage, des pratiques de sorcellerie d’un autre âge, mais avec Mma Ramotswe, justice est toujours faite.

Il ne faut pas s’attendre à lire un roman policier, mais passer outre le besoin d’intrigue et de suspense  pour se laisser porter par la poésie de ce personnage et par la magie de ce pays, sans oublier l’humour, toujours présent.

Lecture commune avec Sharon et Edith (Livre d’Ed-en)

Publicités
Cet article, publié dans Romans policiers, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s