La Femme qui décida de passer une année au lit

la femme qui décidé de passer une année au litLa Femme qui décida de passer une année au lit (The woman who went to bed for a year) – Susan Towsend – traduction de l’anglais de Fabienne Divigneau

Eva a cinquante ans, elle est mariée à Brian, astronome, et a deux jumeaux surdoués (Brain junior et Brianne, quelle imagination !).

Le jour où ces deux cerveaux partent pour l’université, elle rentre chez elle, remarque une tache de soupe à la tomate sur un fauteuil qu’elle avait retapissé elle-même. Et là, c’est la goutte (de soupe ?) qui fait déborder la casserole le vase.

Elle monte dans sa chambre et décide de ne plus quitter son lit.

Dépression à cause du départ de ses chérubins du nid familial ? C’est ce que tout le monde va penser. Son idiot de mari en premier qui s’inquiète surtout de son petit confort. Mais qui donc va tenir la maison, préparer ses repas ? Il trouve que son égoïste de femme exagère vraiment.

Pourtant, le malaise d’Eva est profond. Elle ne pleure pas le départ de ses enfants. D’ailleurs elle dit : « dès l’instant où ils sont nés, j’ai compté les jours qui restaient avant leur départ à l’université ! Je me sentais esclave de deux extraterrestres. Je ne souhaitais qu’une chose : me mettre au lit toute seule et y rester aussi longtemps que je le voudrais ».

Voilà, ils sont partis et elle tient sa promesse.

Ce roman très drôle pourrait être simplement une anglaiserie sur une femme au foyer qui craque et dont l’entourage réagit plus ou moins bien, avec nombre de personnages incongrus.

Mais c’est plus que cela.

Sue Townsend dresse le portrait d’une femme au foyer qui en a assez du manque de considération de sa famille, mais aussi du mal-être du monde. Elle a toujours été soumise, effacée, mais là, elle décide pour elle-même et son refus de quitter son lit va faire changer les relations qu’elle a avec son entourage mais aussi avec l’extérieur.

Car cette situation étrange ne manque pas d’interroger le voisinage et même plus loin.

Une foule va finir par faire la queue sous sa fenêtre en attente de conseils, ou simplement de la voir, telle une sainte.

On pourrait croire que de son lit (allez, disons un 140×200), son univers se rétrécit. Et bien non ! Elle rencontre plus de gens, échange plus d’idées, qu’elle ne l’avait fait durant toute sa vie à l’extérieur.

Au final cette histoire a priori loufoque met en évidence les travers de la vie moderne et le manque de communication à l’échelle d’une famille, d’un quartier, d’une ville et plus loin encore.

Il y a des scènes jubilatoires comme la préparation de Noël. Bran se rend compte (ou pas totalement d’ailleurs) du marathon que peut représenter l’organisation de cette fête où chaque année, épuisée, Eva devait faire bonne figure devant sa petite famille d’égoïstes.

Un roman sympathique et original avec des personnages variés et des situations parfois très drôles, mais j’aurais pu me passer de bon nombre de pages où les situations s’étirent à n’en plus finir.

Un bon moment de lecture quand même.

Une citation à méditer :

Les études montraient que le cerveau des hommes était sensiblement plus gros. Une main féminine avait annoté en marge : « Alors, pourquoi ces salauds d’hypercérébrés sont-ils incapables de se servir de la brosse à chiottes ? »

Le mois anglais 2015

 

 

Publicités
Cet article, publié dans Romans, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

26 commentaires pour La Femme qui décida de passer une année au lit

  1. Un livre qui m’a l’air fort intéressant.

  2. anne7500 dit :

    Ce n’est peut-être pas une priorité mais ça vaut peut-être la peine que j’ m’y arrête si je le croise en bibliothèque ?

    • somaja1 dit :

      Ce roman vaut surtout pour sa galerie de personnages et la situation absurde. La première partie se lit vite, après ça traine un peu. Pas une priorité mais pourquoi pas ?

  3. Syl. dit :

    Grinçant ! et original. Je note.

  4. Brize dit :

    Je crois que les longueurs que tu pointes auraient raison de moi …

    • somaja1 dit :

      C’est vrai que j’ai eu l’impression que l’auteur délayait un peu par moment. Si tu ne le sens pas il ne faut surtout pas se forcer, il y a tant d’autres choses à lire…

  5. il est fait pour me plaire : tu en parles très bien. J’adore les histoires totalement barrées. Bises

  6. titine75 dit :

    Pourquoi pas ? Je dois d’abord lire « La reine et moi »…

  7. Bianca dit :

    C’est une idée vraiment originale, j’ai très envie de le lire grâce à toi !

    • somaja1 dit :

      Malgré mes petits bémols, j’ai passé un agréable moment de lecture. Ce n’est pas un indispensable, mais j’espère que tu aimeras.

  8. jerome dit :

    Super original mais tu sembles y avoir trouvé beaucoup de longueurs inutiles et c’est le genre de chose qui me fait fuir.

  9. Mind The Gap dit :

    Je suis outré pour la citation finale…et en plus j’en conclus que mon cerveau n’est pas très développé (à méditer aussi… :D).
    Il a l’air bien ce livre-là. Toi aussi tu publies pas mal en ce moment…le mois anglais !!
    Bises.

    • somaja1 dit :

      Encore une fois j’ai eu les yeux plus gros que le ventre, parce que ma PAL regorge de romans anglais….mais l’écriture de billets ne suis pas !

  10. lorouge dit :

    Sur ma LAL depuis un moment alors il serait peut-être temps qu’il regagne ma bibliothèque. Je trouve l’idée de départ très originale, et puis, moi aussi je serais bien tentée de passer une année au lit et d’envoyer tout balader ;0) Je rajoute ton billet dans vos plus tentateurs, bises

  11. sylire dit :

    Le thème me plaît mais les longueurs me font un peu peur.

  12. Ping : Mois anglais 2015, clap de fin | Les Pages de Somaja

  13. Ping : Vos billets les plus tentateurs du mois de Juin | L'or rouge

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s