Les trois vies d’Antoine Anacharsis

Les trois vies d'Antoine  AnacharsisLes trois vies d’Antoine Anacharsis – Alex Cousseau

Quatrième de couverture :

Il s’appelle Taan. Ou Antoine. Ou Anacharsis. Peu importe. Son histoire commence en 1831, sur une petite île nommée Nosy Boraha, dans les mers du Sud. Il est né avec un mystérieux médaillon autour du cou, contenant le plan du trésor de son ancêtre, le fameux pirate Olivier Levasseur, dit La Buse. À la poursuite de ce trésor, il a fait plusieurs tours du monde, il a vécu des aventures extraordinaires, il a rencontré des personnages étonnants. Il a été esclave dans une plantation, voleur à New York, baleinier au Cap Horn. Il a vécu, il est mort et il est né trois fois. Et aujourd’hui ce sont ses trois vies qu’il nous raconte, pour nous prouver que les trésors existent…

Je crois bien que je n’avais jamais lu de récits de pirates et côté cinéma, ce n’est pas le genre d’histoires qui m’intéresse.

Pourtant je me suis laissé porter par l’histoire d’Antoine Anarchasis. Un conte qui débute alors que le héros n’est encore qu’à l’état de fœtus sur une petite île au large de Madagascar.

Sa mère lui raconte l’histoire de ses ancêtres et du médaillon qu’elle porte, transmise de mère en fille depuis bien longtemps. Ce médaillon recèle la carte d’un trésor. Ce sont ces paroles qui bercent le fœtus et les dialogues entre lui et sa mère plongent directement le lecteur dans un univers de fable. S’il adhère à cela, il adhèrera au reste.

C’est ce que j’ai fait en suivant ce futur bébé tout au long de sa vie extraordinaire, et le mot n’est pas usurpé !

Ses parents, capturés par des Anglais négriers, ne survivront pas à une terrible tempête pendant laquelle le bébé décidera de naître.

Et c’est seulement un an plus tard, qu’on retrouve ce petit, au large d’Antigua, couvert d’écailles (pensez donc, quand on vit un an dans l’eau !). Il sera recueilli par le docteur Blind qui lui apprendra tout et le nourrira de récits de voyages.

Ensemble ils partiront en Amérique à la rencontre E. Allan Poe pour lui demander de les aider à déchiffrer la carte du trésor.

Jeune homme libre, Antoine se fera pourtant capturer pour être vendu comme esclave. Mais il finira par s’enfuir et au cours de sa fuite, sera recueilli par un Indien. Il rencontrera d’autres personnages plus romanesques les uns que les autres (pourtant certains ont réellement vécu, l’auteur donne des explications en fin de roman), il sera même avalé par un cachalot. Hem, ça ne vous rappelle rien ?

Ce n’est qu’à la fin du roman, alors qu’Antoine est adulte, qu’il comprendra ce que le message de son ancêtre pirate voulait dire.

Alex Cousseau revisite avec bonheur le roman d’aventures. Le récit est rythmé et dense, les personnages sont attachants, étonnants, réels ou fictifs. Jamais on ne s’ennuie.

Pour celles et ceux qui connaissent Charles, à l’école des dragons, Alex Cousseau est son papa de papier. Gage de qualité s’il en est !

Cet article, publié dans Romans dits jeunesse, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Les trois vies d’Antoine Anacharsis

  1. Syl. dit :

    Il doit peser une tonne ce livre, tant il paraît dense ! Je le lirai dans ma deuxième vie…
    Bisous

    • somaja1 dit :

      Je suis sûre que c’est le genre de roman d’aventures qui te plairait. Mais tu as le temps, si ce n’est pas dans ta 2ème, ce sera dans ta 3ème ou 10ème vie ! bises

  2. Mind The Gap dit :

    Une épopée et un vrai univers…3 vies , rien que ça ! Visiblement tu es plutôt enchantée par ta lecture !! Bises

    • somaja1 dit :

      Ce n’est pas un coup de cœur, mais une très bonne surprise car je ne suis pas habituée à ce genre de récit. Il y a aussi beaucoup de poésie dans l’écriture de Cousseau. Alors, oui, j’ai passé un très bon moment.

  3. jerome dit :

    J’adore Charles alors forcément ce petit roman à tout pour me plaire.

    • somaja1 dit :

      Toi aussi tu as succombé au charme de Charles le poète ? 🙂 C’est vrai qu’il est trognon. J’espère que tu aimeras ce roman.

  4. Une Comete dit :

    En général les pirates et moi ça fait deux mais si somaja dit que c’est bien ..;):)

  5. Mind The Gap dit :

    Au fait, ta nouvelle photo de bannière me plait beaucoup…

    • somaja1 dit :

      Merci ! C’est Aspho qui m’a trouvé un nouveau fond et ça m’a boustée pour refaire la bannière. C’est une photo que j’ai faite l’an dernier. J’avais été impressionnée par la taille de ce rhododendron, un véritable arbre.

  6. Moi j’assume mon amour des pirates depuis Stevenson et bien d’autres. Ce livre a l’air complètement fou et donc il me plaît beaucoup (à priori!). C’est vrai, c’est très agréablement fleuri chez toi!

    • somaja1 dit :

      C’est bien d’assumer ses goûts ! 😉 Si tu aimes les pirates et l’aventure, tu devrais aimer suivre les traces d’Antoine.
      Merci pour le rhododendron, en vrai il est encore plus impressionnant.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s