Fureur

fureurFureur – texte de Victor Haïm – mise en scène de Stéphanie Wurtz (compagnie Ornithorynque) – avec Benjamin Bollen

Les spectateurs arrivent au petit théâtre Essaïon. Une cave, une petite odeur d’humidité.

Les spectateurs s’installent, la salle est pleine. Mais la salle est minuscule. Les spectateurs sont placés en demi-cercle tout juste devant une tout aussi minuscule scène.

Un personnage arrive sur cette mini scène, emperruqué façon Mozart,  visage maquillé de blanc tel un clown, baguette de  chef d’orchestre à la main.

Silence. Il nous regarde, nous spectateurs, d’un œil méfiant, d’un air hautain.

Et c’est parti !

Ce chef d’orchestre vient pour la dernière répétition avec ses musiciens avant son dernier concert. Et cette répétition va être l’occasion de vider son sac, de régler ses comptes. En effet, ses musiciens ont voté, à l’unanimité moins une voix, son renvoi. Ils ne supportent plus ses humeurs, ses colères, son caractère tyrannique, ses exigences et ils vont le payer.

Et les spectateurs-musiciens (oui, parce que dès le début nous avons bien compris que nous étions l’orchestre) vont subir pendant plus d’ 1h30 la folie montante de cet homme déchu.

L’humiliation qu’il a subie lui donne des ailes et c’est à un festival d’humour noir, de rage,  de mépris et de haine auquel nous avons assisté, jusqu’à la folie.

Un monologue hilarant et touchant à la fois, montrant les failles du personnage interprété par Benjamin Bollen. Tout y passe, son enfance, sa mère, ses quelques amours, sa mère encore, son chien,  sa mère à nouveau, et la musique, surtout la musique, qui finalement l’aura porté mais aussi anéanti, tant ses attentes auront été importantes.

Le texte est porté par un jeune acteur étonnant. Ce Benjamin Bollen a une énergie exceptionnelle. Il s’empare du rôle avec une jubilation évidente et se transforme petit à petit en pauvre pantin pathétique, après avoir hurlé sa haine, sa détresse, son indignation, son infortune et son mépris.

On est parfois proche de la caricature – comme avec l’évocation de Louis de Funès dans Rabbi Jacob, un grand moment ! – mais c’est pour le plus grand plaisir des spectateurs.

La musique, raison de vivre de ce chef d’orchestre est bien sûr présente tout au long du spectacle, et en dehors de la Symphonie pastorale de Beethoven, objet de la répétition, l’évocation de sa vie et de sa carrière nous fera rencontrer Malher, Strauss, Bach, Verdi et bien d’autres.

Benjamin Bollen est d’ailleurs très juste dans sa « direction » d’orchestre et au chant, ce qui donne encore plus de crédibilité à ce personnage étonnant.

Le spectacle ne passe plus pour l’instant mais surveillez les programmations, on ne sait jamais.

et pour le plaisir

Challenge des notes et des mots chez Anne

Challenge des notes et des mots chez Anne

 

  

theatre logo14

 

 

 

 

 

 

 

Publicités
Cet article, publié dans Musique, Théâtre, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Fureur

  1. Syl. dit :

    Un cauchemar cette affiche !
    Merci So, c’est bon à savoir si ça doit passer par ici…

  2. anne7500 dit :

    Oh tu as dû passer un bon moment ! C’est le genre de spectacle qui me plairait bien aussi, je crois !

  3. eimelle dit :

    voilà qui a l’air bien sympa!

  4. Mind The Gap dit :

    Une super idée ce monologue décapant, ça c’est un spectacle que je pourrais apprécier. Tu es assidue au théâtre et c’est bien d’autant que tout le monde se cantonne aux livres…
    Bises.

    • somaja1 dit :

      Cette année je n’e ai pas vu tant que ça des spectacles. J’avais vu large et pas anticipé ma fatigue le soir. J’ai donc revendu un abonnement sur les 3 que je prends habituellement.
      Je suis sûre que tu aurais aimé celui-là, un personnage à la fois méchant, cruel et si fragile . Un sale gamin, comme … qui ? 😉
      Bises

  5. lorouge dit :

    ça a l’air très spécial… Mais je sens que ça me plairait :0) Et merci aussi pour ce moment de bonheur total avec cette scène de Rabbit Jacob

  6. Peut-être au festival d’Avignon dans le off! je surveillerai!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s