Thérapie

thérapieThérapie– ( Die Therapie) Sebastian Fitzek – traduit de l’allemand par Pascal Rozat

 Quatrième de couverture

Josy, douze ans, la fille du célèbre psychiatre berlinois Viktor Larenz, est atteinte d’une maladie qu’aucun médecin ne parvient à diagnostiquer. Un jour, après que son père l’a accompagnée chez l’un de ses confrères, elle disparaît. Quatre ans ont passé. Larenz est toujours sans nouvelles de sa fille quand une inconnue frappe à sa porte. Anna Spiegel, romancière, prétend souffrir d’une forme rare de schizophrénie : les personnages de ses récits prennent vie sous ses yeux. Or, le dernier roman d’Anna a pour héroïne une fillette souffrant d’un mal étrange, qui s’évanouit sans laisser de traces… Le psychiatre n’a dès lors plus qu’un seul but, obsessionnel: connaître la suite de son histoire.

Premier roman.

Un auteur qui sait faire tourner les pages, qui sait créer une atmosphère, qui sait brouiller les pistes….Bravo !

Les passages sur l’île de Parkum (je ne sais même pas si elle existe !) sont vraiment bien écrits. Le huis-clos, les éléments déchaînés qui emprisonnent le personnage principal (et le lecteur !) sont flippants à souhait !

Les rencontres avec Anna vous font vriller les neurones et on n’a envie que d’une chose, s’échapper et la laisser toute seule sur l’île tellement on a peur que sa schizophrénie soit contagieuse.

Les chapitres courts alternant le passé et le présent, où on retrouve Viktor sanglé sur un lit d’hôpital psychiatrique racontant son histoire au compatissant docteur Roth, donnent du rythme au roman et sont générateurs d’angoisse.

Alors pourquoi je ne ferai pas de ce roman un coup de cœur ?

J’avais lu bien des avis dithyrambiques sur la blogo, et je m’étais précipitée pour trouver ce roman (des polars allemands, ça ne court pas mes étagères, alors je voulais voir ça de mes propres yeux). On m’annonçait un polar impossible à lâcher, avec une construction scotchante, etc, etc.

Oui, mais….

Assez rapidement, j’ai eu en tête un autre polar de l’excellent Dennis Lehanne (je n’en dis pas plus au cas où vous n’auriez pas encore lu Thérapie) et cette relation entre les deux romans a un peu gêné ma lecture.

Thérapie, loin d’être mauvais, ne restera pas dans ma liste à relire. Alors que le Lehanne, oui, beaucoup plus subtil, beaucoup plus anxiogène (non, je ne suis pas maso !).

En plus, je ne suis pas fan de ces fins abruptes, qui après des pages de savants trimballages de lecteurs, viennent tout expliquer pour être sûr que tout a bien été compris.

J’ai quand même lu jusqu’au bout sans déplaisir, mais je m’attendais à autre chose, surtout avec un début pareil.

 

Challenge Thrillers et polars 2013
Challenge Thrillers et polars 2013

 

 

 

 

Cet article, publié dans Romans policiers, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Thérapie

  1. anne7500 dit :

    Je suppose que tu fais allusion à Shutter Island, cet excellent roman que j’ai dévoré ? Bon je ne lis plus tellement de polars, donc je ne me précipiterai sans doute pas sur celui-ci…

    • somaja1 dit :

      Tu as tout compris : l’île, le temps qui oblige au huis-clos, le personnage pris entre réalité ou pas, et la culpabilité occultant la réalité… tout y est.

  2. sylire dit :

    J’avais bien aimé (mais je n’ai pas lu Shutter Island et je ne suis pas une grande fan de polars).

  3. le sujet a l’air captivant mais on sent malgré tout tes restrictions. Pas étonnant quand on rencontre un roman sur le même thème mais qui lui est supérieur.

  4. lorouge dit :

    Moi aussi je me demande à quel roman tu fais allusion, le sujet de Shutter Island n’est pas le même alors ça m’étonnerait un peu… J’ai ressenti exactement la même chose que toi pour celui là, après avoir dévoré les premières pages j’ai vraiment déchanté sur la fin (mais il faut dire que je suis à chaque fois déçu par la fin d’un polar, même la fin de Shutter Island, pourtant excellent, mais je m’attendais à une autre bifurcation ;0)

    • somaja1 dit :

      Oui, les fins sont souvent décevantes, heureusement que j’ai une grande facilité à les oublier ! 😉
      C’est effectivement Shutter Island qui m’est venu rapidement en tête. La situation géographique (huis-clos sur une île et le climat sur cette île), et psychologiques du personnage principal sont pour moi les mêmes. Ca a suffit pour gâcher un peu ma lecture.

  5. Syl. dit :

    Le parallèle est dommage ! je ne vais pas le noter…
    Bisous

  6. Asphodèle dit :

    Je n’ai pas lu Lehanne (bah oui, je sais^^) donc celui-ci pourrait me plaire, je dis bien « pourrait » !!! 😀 On verra plus tard…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s