Livres dont je n’ai pas parlé – RDV – belge – n° 22

Logo Folon sculpture Harbara 44 gras ombre grise

Dernier jour du mois, je ne pouvais pas terminer ce mois belge sans présenter quelques BD dont je n’ai pas parlé.

Quand j’ai lu Moi qui n’ai pas connu les hommes, l’histoire de cette jeune fille qui est la seule à se poser des questions sur l’absurdité de la vie que mène son groupe m’a fait repenser à une BD lue il y a des siècles. Je l’ai ressortie pour vous (et pour moi aussi, tant qu’à faire !)

Zara couvZ. A. R. A (1985) – Les Terres creuses – Luc et François Schuiten / Luc au scénario et François au dessin

Deuxième volume d’une trilogie appelée Les Terres creuses, Z.A.R.A raconte l’histoire d’Olive. Son peuple est obligé de marcher sans s’arrêter sous peine d’on ne sait quelle catastrophe et toujours sous l’œil soucieux du chef de groupe. « Pourquoi devons-nous toujours avancer à la même vitesse que l’eau du lac ? Pourquoi notre patriarche suit-il sans des yeux le petit flotteur ? »

Ils ne s’arrêtent que pour la fête de l’initiation, mais Olive ne peut pas attendre. Elle veut des réponses, et puisque personne ne veut les lui donner, elle les trouvera toute seule.

zara3

Elle se met en retrait et arrête de marcher. Les autres ne se rendent compte de rien. Au matin, elle est seule, enfin ! Libre de ne rien faire, de rester au même endroit, libre d’observer ce qui l’entoure pour la première fois. Elle consigne tout dans un carnet.

Et ce qu’elle finit par observer l’inquiète : le sol penche, l’eau du lac finit par disparaître et elle-même finit par se retrouver la tête en bas et tomber dans un autre monde où elle fera la connaissance de Nelle et des autres habitantes. En effet, il n’y a pas d’hommes dans ce monde.

Une autre particularité de la planète ZARA est qu’elle est « constituée de deux minces écorces concentriques indépendantes l’une de l’autre, seule l’écorce extérieure est en rotation perpétuelle. Quant à l’écorce intérieure, on suppose qu’elle est fixe… »

zara2  zara 1

Peu de temps après l’arrivée d’Olive, des hommes d’une planète extérieure, avides de découvertes vont envahir ZARA et ce n’est peut-être pas la meilleure des idées car les femmes qui habitent cette partie de la planète ont des mœurs étranges.

J’en ai profité pour relire aussi les deux autres volumes.

carapacesCarapaces (1980) – Les Terres creuses

Dans le premier volume des Terres creuses, nous sommes guidés par des fanelles, des êtres minuscules, que les humains ne voient pas. Ces fanelles ressemblent aux humains, à l’exception des ailes qui leur tiennent lieu de bras.

En les suivant, nous traversons cinq récits, telles des nouvelles qui nous feraient découvrir un univers très proche du nôtre, mais où il se passe des choses étranges.

Peu de lien entre les histoires si ce n’est les relations hommes/femmes. Mais il ya des trouvailles graphiques qu’on retrouve dans les deux autres albums.

Pour moi, deux des cinq récits sortent du lot : Carapaces, qui commence dans un superbe noir et blanc et montre un couple recouvert d’une carapace métallique qui les protège contre les escardaches. Qu’est-ce ? On le découvre bientôt. Alors qu’ils tentent une relation sexuelle très « mécanisée », ils vont transgresser la loi et se défaire de leur carapace. La découverte de leurs vrais corps et de la sensualité qui en découle leur fait oublier toute prudence et c’est là que les escardaches interviennent. C’est cruel et rapide.

carapaces 3

carapaces 1

L’autre récit est Le Tailleur de brume. La brume, il faut s’en méfier. Elle peut arriver sans prévenir, s’incruster dans les maisons, et vous transformer en statue. Heureusement il y a le tailleur de brume pour vous secourir. Cet homme est obsédé par Ursuline dont il tente vainement de sculpter le corps et de reproduire la délicatesse de la peau dans la brume molle. Le hasard et une soudaine arrivée de brume lui apporteront ce qu’il cherche depuis si longtemps.

noregon couvDans Noregon(1990), le dernier volet du cycle, c’est Nelle qui est l’héroïne. Elle est partie de ZARA , à la recherche d’Olive. Elle va suivre ses traces, jusqu’à vivre les mêmes aventures qu’elle, avec les mêmes personnes. Noregon est une planète où toute est basé sur la symétrie. Et en relisant cet album je me suis aperçue que les frères Schuitten s’étaient donné des contraintes draconiennes. La symétrie est partout, dans le titre bien sûr (Noregon se lit dans les deux sens), le nom des personnages (Silis, Natan, …) mais aussi dans la structure même de la BD. Après la page 36, on passe à la page 36’, puis 35’, etc. Et chacune de ces pages renvoie comme un miroir, aux situations et aux personnages des pages précédentes. Je ne sais pas si je suis bien claire : à la page 32’, la situation est l’inverse de celle de la page 32 mais avec les mêmes personnages.

noregon 2noregon 1

 

 

 

 

 

 

Cet un véritable exploit que d’avoir réussi à tenir cette contrainte tout au long de l’album.

En dehors de la beauté des dessins, c’est d’ailleurs ce qui fait le véritable intérêt de cette BD, parce que le scénario est assez banal.

Les frères Schuiten sont à la BD ce que les frères Dardenne sont au cinéma. Belges, certes, mais surtout des inventeurs !

Inventeurs d’univers, créateurs de mondes et d’atmosphère.

Dans les trois albums, j’ai surtout apprécié la précision des dessins, on y voit la fascination des auteurs pour l’architecture. François continuera son exploration de l’architecture futuriste avec  la série Les Cités obscures et Benoît Peeters au scénario, tandis que Luc va privilégier la recherche en architecture. Allez plutôt voir  ici.

Cet article, publié dans BD /albums, Livres dont je n'ai pas parlé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Livres dont je n’ai pas parlé – RDV – belge – n° 22

  1. Mind The Gap dit :

    OMG…Syl sors tout de suite de ce corps…. (oui je sais c’est petit mais je suis en congés tout à l’heure…)

    • somaja1 dit :

      Je ne comprends pas ce que la délicieuse Syl. vient faire dans ce commentaire ! Je n’ai pas parlé de la fin, je n’ai pas pleuré parce que ça finissait mal, je n’ai pas donné de recette de cuisine…. tu es sûr que tu vas bien ?

  2. Syl. dit :

    Qu’est-ce qu’il dit Mind ? On dirait un chiot foufou.
    Les dessins sont superbes ! Je verrai à la bibli…

  3. anne7500 dit :

    Trois BD pour le prix d’une, et de la qualité belge pour finir le mois très en beauté, Somaja !

  4. keisha41 dit :

    J’ai lu Nogegon, je confirme c’est absolument épatant comme maitrise, il faudrait que je relise (j’ignorais que ça faisait partie d’une série)

    • somaja1 dit :

      Noregon peut se lire seul, mais si tu as l’occasion, lis les deux autres, il y a des échos entre tous les albums. Ils sont normalement dans toutes les bonnes médiathèques.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s