Maigret voyage

maigret voyageMaigret voyage – Georges Simenon

Il aura fallu le Mois belge pour que je lise mon premier Maigret ! J’en avais vu des adaptations dans ma jeunesse avec Jean Gabin,  Pierre Richard (c’est dire si on peut me dater au carbone 14 !) et plus tard avec Bruno Cremer.

Je connaissais donc le personnage, la fameuse pipe, l’imper, la discrète madame Maigret, le policier qui observe, ne fait pas de cascade plus dangereuse que celle qui consiste à allumer sa pipe ou à lever un sourcil interrogateur, et surtout, le policier intelligent, qui prend son temps et résoud tout sans effort ! Tout ça a dû inspirer les créateurs de Colombo.

Bref, je savais à peu près où je mettais les pieds, et comme la lenteur ne me fait pas peur, je me suis lancée….doucement.

J’ai donc rencontré Jules, oui, maintenant qu’on se connait un peu, je peux l’appeler par son petit nom. Jules, donc, doit se pencher sur la mort suspecte d’un richissime Anglais à l’hôtel George V. Il a été retrouvé dans sa baignoire et il est évident qu’on l’a un peu forcé à boire la tasse.

Ce n’est qu’un peu plus tard que Maigret met en relation cette mort et la tentative de suicide de la Comtesse Palmieri la même nuit dans le même hôtel.

Les deux personages se connaissaient très bien, ils allaient se marier. Que s’est–il donc passé dans la nuit ?

Alors qu’il veut interrroger la Comtesse, elle a disparu et on va suivre Maigret sur les traces de cette « petite » Comtesse entre Paris, Nice, la Suisse. Je ne vous dirai pas qui a tué qui ni pourquoi, le récit est court, allez voir vous-même.

Autant dire tout de suite que l’intrigue ne m’a pas passionnée, et je ne saurais dire exactement pourquoi. Peut-être tout simplement parce que les protagonistes – victimes et meurtriers – ne m’ont pas touchée.

Cependant, j’ai apprécié les détails de l’enquête, la minutie du commissaire, la façon dont il observe ses contemporains, dont il s’imprègne des lieux.

Les lieux, justement qui permettent de mieux comprendre Maigret. Paris dont on sent qu’il a un plaisir gourmand à fouler l’asphalte. Il l’aime cette ville, même sous la pluie et dans le froid.

Par contre, il est évident qu’il se sent très déplacé dans le monde des riches. Lui qui fait l’admiration de ses subalternes et de ses collègues, jusque dans les pays voisins, se sent plus à l’aise avec les domestiques du palace qu’avec les clients. C’est touchant.

Très drôle aussi de faire un saut dans le temps – pourtant pas si lointain – et de voir que les policiers alignaient les verres et les cigarettes (il n’y a plus que les policiers boarderline qui font ça maintenant dans la littérature). Quant aux passagers des avions ! Ils fumaient comme des pompiers ! Horreur !

Le Mois belge m’a permis de faire sortir ce Maigret de ma très ancienne PAL, j’ai passé un bon moment, sans plus. J’en essaierai peut-être un autre à l’occasion mais pour l’instant je n’en ressens pas l’urgence.

Appel aux spécialites : il y a des Maigret qui se passent en Belgique ?

Logo Folon sculpture Harbara 44 gras ombre grise

Challenge Thrillers et polars 2013

Challenge Thrillers et polars 2013

 

Publicités
Cet article, publié dans Romans policiers, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Maigret voyage

  1. anne7500 dit :

    Argali s’y connaît mieux que moi pour te répondre sur d’éventuels Maigret en Belgique ! Je ne suis pas beaucoup plus calée que toi, je n’ai lu qu’un Simenon, Le chien jaune !

    • somaja1 dit :

      Je vais aller visiter les billets pendant les vacances et en apprendre plus sur vos auteurs et surtout sur Monsieur Jules.
      Si je comprends bien, ne pas avoir lu tout Simenon n’est pas une obligation pour demander l’asile en Belgique ! J’ai encore toute mes chances alors ?

  2. Syl. dit :

    Je préfère Poirot !Je ne sais même pas si j’ai un Maigret dans la maison ! Peut-être en haut des étagères…

  3. Mind The Gap dit :

    Heu dis-donc, moi aussi j’ai connu Jean Richard incarnant Maigret à la télévision alors pour ta datation au carbone 14…je ris jaune !! Par contre je n’ai pas connu Mintinguett…
    J’aimais bien l’ambiance des téléfilms mais qu’est ce qu’il picole le Jules pour avoir des infos sur les crimes…il arrête pas.

    • somaja1 dit :

      J’ai eu un doute au début et j’ai aussi pensé à Raymond Souplex, mais il n’a finalement jamais joué Maigret. Et là, j’aurais vraiement eu droit au carbone 14 !
      C’est vrai que côté picole, c’était des costauds les gars !

  4. Une Comète dit :

    Moi j’aime Poirot…et Adamsberg. Je connais mal Maigret! Bon dimanche ;))

  5. argali2 dit :

    Je vois que nous sommes de la même génération 🙂
    Tu as parfaitement décrit l’univers de Simenon !! Pas de péripéties rocambolesques, pas d’imprévus, tout dans l’observation et la description des lieux, des gens, des faits. Une prédilection pour les « petites gens », les sans grade et les travers de notre société. Ce sont plus des romans noirs que des polars pour la plupart.
    Il n’y a pas que le Maigret. A lire et à voir « Le chat » !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s