L’île des chasseurs d’oiseaux

 

L'île des chasseurs d'oiseaux

L’Ile des chasseurs d’oiseaux (The Black house)- Peter May – traduit de l’anglais par Jean-René Dastugue

Quatrième de couverture

Marqué par la perte récente de son fils unique, l’inspecteur Fin Macleod, déjà chargé d’élucider un assassinat commis à Edimbourg, est envoyé sur Lewis, son île natale, où il n’est pas retourné depuis dix-huit ans. Un cadavre exécuté selon le même modus operandi que celui d’Edimbourg vient d’y être découvert.

Sur cette île tempétueuse du nord de l’Ecosse, couverte de landes, où l’on se chauffe à la tourbe, pratique encore le sabbat chrétien et parle la langue gaélique, Fin est confronté à son enfance. La victime n’est autre qu’Ange, ennemi tyrannique de sa jeunesse. Marsaili, son premier amour, vit aujourd’hui avec Artair.

Alors que Fin poursuit son enquête, on prépare sur le port l’expédition rituelle qui, chaque année depuis des siècles, conduit une douzaine d’hommes sur An Sgeir, rocher inhospitalier à plusieurs heures de navigation, pour y tuer des oiseaux nicheurs. Lors de son dernier été sur l’île, Fin a participé à ce voyage initiatique, qui s’est dramatiquement terminé.

Que s’est-il passé alors entre ces hommes ? Quel est le secret qui pèse sur eux et resurgit aujourd’hui ?

Ce n’est pas vraiment de gaieté de cœur que l’inspecteur Fin revient sur l’île qui l’a vu grandir.

Cette île, l’île de Lewis, qu’il a fuie dès qu’il a eu dix-huit ans. Qu’il le veuille ou non, cette île l’a forgé et marqué à jamais.

Il y a vécu un drame que sa mémoire a occulté, mais que son enquête va faire ressurgir.

Car ce qui est intéressant dans ce roman, au-delà de l’enquête et de la résolution du meurtre, c’est justement les liens de Fin avec cette île.

C’est elle le personnage principal. Traversée par les vents et la pluie, elle forge des hommes rudes, les retient dans un temps qui ne semble plus avoir de lien avec le reste du monde. Ici, on suit des traditions malgré la loi, car c’est ce qui soude la petite communauté qui l’habite.

Plus perdue encore, l’île d’An Sgeir, un rocher inhabité, que les falaises abruptes rendent quasiment inaccessible. Un rocher où viennent se reproduire les Fous de Bassan et où les hommes de Lewis viennent chaque année, malgré la loi sur la protection de ces oiseaux pour tuer le maximum de gugas (jeune Fou de Bassan en gaélique). Cette chasse cruelle et frénétique sert également de rite de passage à l’âge adulte pour les jeunes garçons de l’île. Un nombre restreint est choisi chaque année pour participer au carnage, qu’ils le veuillent ou non.

C’est là qu’un drame s’est joué pour Fin dans sa jeunesse, et c’est là que se fera le dénouement.

L’écriture de Peter May est magnifique. Très vite, il tisse sa toile autour du lecteur et ne lâche plus sa proie jusqu’à la fin.

Ici pas de gore, pas de tueur fou et de poursuites infernales. Mais des descriptions magnifiques d’une île restée dans un siècle précédent où une religion rigoriste fait loi et où le gaélique est parlé par tous. Et c’est tout naturellement que l’histoire navigue entre passé (celui de Fin) et présent (le retour sur l’île et l’enquête), l’un éclairant l’autre.

C’est un roman qui sent la tourbe, qui nous met en contact avec des éléments naturels hostiles et qui nous jette dans une communauté fermée sur elle-même. C’est sombre, angoissant. C’est fascinant.

Ne serait-ce que pour le long passage du souvenir de la chasse sur le rocher dans l’enfance de Fin, il faut lire ce roman.

Pour vous donner une petite idée de ce que le style de Peter May m’a fait, dans certaines descriptions des paysages de l’île de Lewis, j’ai parfois ressenti la même émotion que dans les descriptions de la lande dans Les Hauts de Hurlevent. C’est dire !

Les deux volumes suivants de cette trilogie m’attendent, je suis impatiente de retrouver l’univers de   Monsieur May.

D’autres avis chez Titine , Alex (mots à mots), Aifelle

Highlander

Challenge Thrillers et polars 2013

Challenge Thrillers et polars 2013

Cet article, publié dans Romans policiers, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

36 commentaires pour L’île des chasseurs d’oiseaux

  1. Syl. dit :

    Je l’ai… on me l’a offert ♥

  2. anne7500 dit :

    Moi aussi… il attend au chaud, à l’abri du vent, dans ma PAL…

  3. Asphodèle dit :

    Et moi je l’ai lu à moitié, puis abandonné pour une « urgence », mais je pense qu’il faudra que je revienne en arrière pour les noms gaéliques si je veux m’y retrouver ! Le peu que j’ai lu j’ai adoré aussi cette ambiance de tourbe, cette inhospitalité, l’attraction de Fin malgré lui, irrépressible …bref, tu en parles très bien !
    P.S. : j’ai vu que tu avais même mis in diaporama en widgets, rhooo trop forte ! Il faudra que tu me donnes un cours de widgets quand tu viendras, en live pour que je mémorise et que j’y arrive enfin ! Le diaporama je n’arrive pas à faire marcher le système non plus, bouh !
    Bises ma grande !

  4. Mind The Gap dit :

    Le fait qu’il s’agisse de chasse en partie est rédhibitoire pour moi…pourtant l’approche de cet auteur à l’air tentante !

    • somaja1 dit :

      Je ne suis pas pour la chasse non plus, mais là j’ai aimé les descriptions. Je suis sûre que tu aimerais aussi cette atmosphère insulaire où le vent souffle sur la lande.

      • le vent qui souffle sur la lande ? bon, faut voir, avec un bon ptit verre de chouchenn !!!

      • somaja1 dit :

        Non, mais tu n’as pas un métier toi pour t’occuper ???
        Et sur la lande on ne boit pas de chouchen mais un petit verre de glenffidich ou un bonne bière ambrée. Il faut savoir s’adapter ! Faudra aussi enlever ce que tu as sur la tête, ils risquerait de prendre ça pour un nid de guga et, là je ne réponds plus de rien !

  5. titine75 dit :

    Je suis contente de lire ce billet élogieux sur cet excellent livre de Peter May. Des trois, le premier reste vraiment mon préféré, l’ambiance lourde et solitaire de l’île est y parfaitement rendue.

    • somaja1 dit :

      C’est vrai qu’après ce premier volume si réussi les attentes sont grandes pour la suite. Mais je suis sûre que je vais quand même aimer, ne serait-ce que l’écriture. Ce que Peter May montre de cett île ne donne pourtant pas très envie d’aller y passser ses vacances ! Quoi que….

  6. Dans ma LAL et souligné + des petits coeurs ;0) Forcément un jour je le lirais… Surtout pour cette découverte et ses descriptions de cette île écossaise !!

    • somaja1 dit :

      Maintenant que les trois sont sortis en poche tu dois courir chez ton libraire préféré, enfiler un kilt, te servir un verre de Famous grouse, et te plonger dans les brumes et les embruns de l’île (tout ça dans l’ordre que tu veux !).;)

      • lorouge dit :

        Le kilt je le garde pour mon homme, ça devrait très bien lui aller ;0) La famous grouse c’est de la bière ? Si oui, c’est non, je déteste la bière :0) Mais la brume et les embruns je prends, j’adore ça !! Et je rajoute ton billet dans ma nouvelle page ; vos billets les plus tentateurs… Histoire de ne pas oublier de me le procurer très vite ;0) Bises

      • somaja1 dit :

        Non, c’est du whisky ! Pour ma part, je préfère la bière.
        Tiens, j’ai laissé passer cette nouvelle page chez toi. Je vais remédier à cette situation très rapidement. bises

  7. bladelor dit :

    Chic ! Il est dans ma PAL ! Et si en plus il compte pour le challenge, alors, que demander de plus ! 😉

    • somaja1 dit :

      Certes, il n’y a pas beaucoup de beaux Ecossais en kilt et torse nu dans ce roman – avec le temps qu’il y fait, je les comprends ! 😉 – mais je suis sûre que tu vas aimer. Allez, sors le de ta Pal !

  8. sylire dit :

    Depuis le temps que je veux le lire !

  9. « Ne serait-ce que pour le long passage du souvenir de la chasse sur le rocher  » ???? whaouh ! tu m’as convaincue : je paaaaasse !
    bon, t’as bon gout parfois, je repasserai…whaaaaarf ! nan, ton billet est très bien fichu mais là, tu ne m’auras pas!!!
    biz centreuse de mon Coeur (trop facile celle-là !)

    • somaja1 dit :

      Te revoilà ! La chasse, beurk, je déteste, mais là c’est au-delà de l’acte de tuer des bébés oiseaux (bououou, pôv ti zoziaux !). Anti chasseur ou pas, on a là un texte d’une rare beauté et d’une intensité…woua ! j’avais presque envie de mettre mon ciré et mes bottes en le lisant ! Et d’aller aussi sauver les ti zoziaux ! Parce que je suis comme ça moi !

  10. tiens , je r »alise que j’en ai un de lui: « scène de crime virtuelle » ….tu veux que je te le prête ? ‘t’en fais pas, avant que tu égales le retard de la vendéenne pour rendre les LV, tu as touuuuuut ton temps!!!)

    • somaja1 dit :

      Il fait partie d’une série ? J’en ai un aussi de sa série chinoise (j’espère qu’il y fera plus chaud : 😉 ).
      Pourquoi pas …on verra si je bats le record vendéen…mais ça m’étonnerait ! elle est trop forte notre chouanne !)
      Faut dire à sa décharge qu’elle est très occupée par le vivomte ! bises

  11. Tu parles de ce livre avec un enthousiasme communicatif! Ce que tu dis sur l »île comme personnage à part entière me convainc entièrement. Je note le titre.

    • somaja1 dit :

      Tu fais bien ! 😉 J’espère que tu aimeras. Mais je suis sûre que tu seras sensible à l’écriture. J’ai eu l’occasion de rencontrer l’auteur (adorable !) à Lyon, et on a peine à imaginer qu’un monsieur aussi doux et charmant puisse écrire un roman aussi sombre. Qu’est-ce qu’ils sont forts ces écrivains ! 😉

  12. Didi Sandrine dit :

    « Sombre angoissant fascinant ! Un beau coup de cœur que je note.
    Bisous

  13. sylire dit :

    Je ne sais pas ce que j’attends mais ça va peut-être s’arranger. Peter May sera au salon du livre de Binic, à la fin du mois. L’occasion pour moi d’acheter le premier tome du coup 🙂

    • somaja1 dit :

      Tu as de la chance. Il est vraiment adorable, et parle avec chaleur de son travail. N’hésite pas ! J’ai aussi en réserve le 1er volume de sa série chinoise, j’ai hâte de découvrir cet autre univers.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s