Chaque soir à 11heures

chaque soir à 11 heuresChaque soir à 11 heures – Malika Ferdjoukh

Quatrième de couverture :

Willa Ayre s’est classée dans la catégorie des filles que les garçons ne voient jamais, des insignifiantes, des petits chats caustiques mais frileux. Iago, lui, attire tous les regards. Il est le garçon dont rêvent toutes les filles du lycée. Dès la rentrée, Iago pose les yeux sur Willa et la choisit. Mais à une fête, Willa rencontre le bizarre et ténébreux Edern. Dès lors, sa vie prend une tournure étrange. De la grande maison obscure cachée au fond de l’impasse, la jeune fille doit découvrir les secrets, sonder son cœur, et faire un choix…

J’aime l’écriture de Malika Ferdjoukh, qui sait si bien  passer du banal au terrifiant. Pourtant, les premiers chapitres ne m’ont tout d’abord pas vraiment accrochée. On navigue dans un univers très chick-lit (que je n’apprécie pas vraiment) où les ados vivent dans des hôtels de luxe, étudient dans des écoles privées dont les droits d’inscription pourraient sans doute relever l’économie de la France rien qu’avec la cotisation du 1er trimestre ! Et les préoccupations de tous ces jeunes sont des plus futiles.

Pourtant, dès l’apparition d’Edern – déjà, le nom est étrange – à une des fêtes-futiles,  mon opinion a changé. J’ai senti la patte de Malika Ferjoukh arriver et le mystère s’installer.

Le jeune homme vit avec sa petite sœur Marni dans une improbable demeure digne des châteaux des Carpates. On est pourtant bien en plein Montmartre !

Il est pianiste et jouait beaucoup avec sa mère. Sa petite sœur est également amoureuse de musique, mais les choses ne sont plus pareilles depuis la disparition de leurs parents. C’est parce qu’il a entendu Willa jouer du saxo qu’il lui demande de venir jouer avec Marni. Willa accepte et va  fréquenter de plus en plus cette étrange fratrie.

Elle va passer de très bons moments avec eux, autour de la musique et avec Marni, gamine incroyablement délurée, qui s’est inventée un langage étonnant. Mais plus elle fréquente Edern et sa sœur, plus elle sent que quelque chose ne va pas et elle se sent rapidement en danger, particulièrement chaque soir à 11 heures.

Voici un très bon roman qui met en scène  des ados finalement plus attachants qu’il n’y paraissait au départ, avec comme toujours chez Malika Ferdjoukh beaucoup d’humour (comment ne pas tomber sous le charme de Marni ?), une bonne dose de suspense et toujours beaucoup de références au cinéma et à la musique.

Un roman intelligent et pétillant qui passe du roman à l’eau de rose au thriller sans oublier la case fantastique,  et qui se laisse lire et écouter (les scènes de partage musical sont souvent drôles et  émouvantes) avec beaucoup de plaisir.

Nouvelle participation chez Anne

Challenge des notes et des mots chez Anne

Challenge des notes et des mots chez Anne

Publicités
Cet article, publié dans Romans dits jeunesse, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

17 commentaires pour Chaque soir à 11heures

  1. Syl. dit :

    Comme il me plairait !!! Noté.

  2. Syl. dit :

    Chouette ! ils l’ont à la bm !

  3. Mind The Gap dit :

    Ton article me fait un peu penser à une histoire de Laura K (je n’arrive pas à écrire son nom en entier, trop dur pour moi…). Tu restes une éternelle adolescente Somaja.
    Tu a changé ton décor ou alors j’ai un train de retard? C’est gai et printanier…

    • somaja1 dit :

      Bon, tu as déjà eu ta réponse : arrêtez d’acheter des livres et courez acheter des lunettes toi et Aspho ! Pas de changement ici depuis l’automne. Je n’aime pas l’hiver, ni la neige, alors j’attends les coleurs de printemps, les vraies, pour faire un petit changement de déco.

  4. bladelor dit :

    J’avais eu du mal avec le début puis persévéré et aimé au final !

    • somaja1 dit :

      C’est vrai que le début semble nous emmener vers un roman d’ados baignant dans l’argent et la futilité. Et j’avoue que si ça n’avait pas été M. Ferdjoukh, je n’aurais peut-être pas continué. Comme quoi…

  5. Asphodèle dit :

    Non mais j’ai failli louper ce billet, c’eût été dommage ! Tu sais me convaincre et me tenter, vilaine !!! 🙂 Je ne connais pas cette auteure qui plus est, je note, pffff ! 🙂
    tu as changé le fond, plus automnal contrairement à ce que voit notre Mindounet : hey Mind, ce sont des feuilles d’automne, qué printemps ??? A son âge, si c’est pas malheureux d’être déjà bigleux ! 😆

    • Mind The Gap dit :

      Pfff. Tu ne me comprends pas, je suis un poète moi ! Je vois des printemps à l’automne et puis c’est tout…bigleux et puis quoi encore…

    • somaja1 dit :

      Cette auteure est maintenant une classique pour la génération « Ecole des loisirs ». Tu peux piocher dans sa biblio, tu ne seras pas déçue. Quant au fond d’écran, il n’a pas changé. Avec MTG vous pourriez peut-être vous échanger vos lunettes ! 😉

  6. sylire dit :

    Je l’ai dans ma PAL… mais je ne sais vraiment pas quand je vais me décider à le lire. Merci pour la piqûre de rappel.

  7. il pourrait plaire à Jen ? elle a 10 ans…et oui le temps passe…!!!
    biz gente dame..
    tiens, t’es plus avec un fond noir et des dames en rouge ???? (ok, je sors…!)

    • somaja1 dit :

      Même si elle est une bonne lectrice, elle est encore un peu jeune. Dans 2, 3 ans ce sera mieux.
      Faudrait venir plus souvent pour apprécier les changement de décor ! bisous à toi et à Jen

  8. anne7500 dit :

    En effet, je n’avais pas noté ce lien, et je constate avec plaisir que je prendrai plaisir à lire ce roman quand je l’exhumerai de ma PAL…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s