Le Carnet noir

le carnet noirLe Carnet noir – (The black book) Ian Rankin traduit de l’anglais par Michèle et Frédéric Witta

C’est le deuxième roman de Rankin que je lis, et ma deuxième rencontre avec l’inspecteur Rebus. Si j’avais commencé par le premier de la série  – L’Etrangleur d’Edimbourg – celui-ci n’est pas le suivant direct, mais peu importe.

J’ai donc retrouvé John Rebus, toujours aussi border line, bourru, accro à la stout des brasseries écossaises peu fréquentables, et à la nicotine.

Il a une nouvelle copine, médecin chez qui il vit, c’est pourquoi il loue sa maison à des étudiants.

Pourtant il va devoir retourner vivre dans cette maison car sa chère Patience, n’en a plus beaucoup avec lui.

Pour tout arranger, son frère sort de prison et il se voit obligé de l’héberger. Ça commence à faire du monde dans cette maison pour un homme qui aime bien la solitude et vit un peu en dehors des schémas classiques.

Comme si cela ne suffisait pas, son jeune collègue Holmes s’est fait agresser dans un pub tenu par un fan d’Elvis.  Il enquêtait en solitaire (peut-être pour ressembler à son modèle Rebus) et notait tout sur son petit carnet noir

Rebus va reprendre les notes et découvrir, avec l’aide d’une jeune policière anglaise, Siobhan, des dessous bien noirs d’Edimbourg et de l’Ecosse : corruption et grand banditisme. Pas joli, joli tout ça.

Le roman démarre très lentement côté intrigue. Il y en a en fait plusieurs qui se croisent et il m’a fallu un peu de temps pour entrer vraiment dans l’histoire. Puis tout à coup, ça décolle et là, plus possible de lâcher !

Encore une fois, plus que l’intrigue même, ce sont les personnages qui sont fascinants, John Rebus en tête. L’humour – noir – est toujours présent, comme pour mettre Rebus à distance de ses démons et de sa vie pas très réjouissante. Et l’Écosse, avec ses bons et ses mauvais côtés,  fascine.

Cher John Rebus, je sens que nous sommes amenés à nous revoir.

Challenge Thrillers et polars 2013

Challenge Thrillers et polars 2013

Highlander challenge

Highlander challenge

Publicités
Cet article, publié dans Romans policiers, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Le Carnet noir

  1. Mind The Gap dit :

    Mieux vaut être black booké que black listé…

  2. J’ai déjà rencontré ce monsieur Rébus dans l’étrangleur d’Edimbourg au retour d’un voyage dans cette ville! Cela s’imposait! J’avoue que comme souvent dans les romans policiers, je ne me souviens plus trop de l’histoire mais du contexte, oui! En particulier de la découverte des quartiers noirs de la ville écossaise.

    • somaja1 dit :

      C’est vrai que l’histoire ne laisse pas un souvenir impérissable, mais les personnages et surtout la ville , telle qu’on nous la décrit bien peu souvent, font vraiment l’intérêt de ce roman. J’aimerais baucoup visiter l’Ecosse, et Edimbourg, mais peut-être pas ces quartiers-là. Encore que…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s