Darling Jim

Darling Jim – Christian Mork – traduit de l'anglais par Agnès Jaubert

Darling Jim – Christian Mork – traduit de l’anglais par Agnès Jaubert

Un polar ?  Pas que !

Ce roman du danois Christian Mork  (désolée, je n’ai pas réussi à faire un « o » barré) nous promène de l’enquête au fantastique en passant par le conte. Et le tout se mêle très bien, dans des tons de noir, très noir.

L’histoire se passe en Irlande, à Castletownbere. Trois cadavres sont retrouvés dans une maison. Pas de suspense ici, on sait tout de suite qu’il s’agit d’une femme et de ses deux nièces, et que les deux nièces ont été séquestrées, affamées et empoisonnées par leur tante, mais que les deux jeunes filles se sont débattues et ont réussi à tuer leur bourreau.

Tout l’intérêt du roman est de découvrir pourquoi ce carnage a eu lieu et ce qui a amené une femme à traiter ses nièces de la sorte.

C’est grâce à Niall, un jeune postier et dessinateur de BD amateur, que nous allons remonter le temps et comprendre toute l’histoire. Il a trouvé tout d’abord le journal intime de la plus jeune des deux nièces assassinées, puis celui de l’autre, et nous en découvrons le contenu en même temps que lui. Tout comme nous découvrons qu’il y avait une troisième jeune fille qui semble avoir étrangement disparu.

Nous suivons donc alternativement l’enquête de Niall et la vie des deux sœurs avant le drame final.

Tout semble avoir été déclenché par l’arrivée de Jim Quick dans la petite ville Jim est un « seanchai », un conteur. Il va de pub en pub raconter des légendes, et hommes comme femmes sont suspendus à ses mots. Il fascine, il séduit. Toutes les femmes sont éprises de lui, il en profite, et les deux nièces et leur tante ne feront pas exception.

Je n’en dirai pas plus, vous n’auriez pas le plaisir de la découverte de cette histoire étrange.

Les récits s’emboîtent, s’éclairent les uns les autres et nous amènent progressivement, comme Niall, à tout démêler. C’est habilement mené. Nous sommes manipulés par Mork, tout comme la population de Castletownbere l’est par Jim Qick.

Cette histoire de passion, de manipulation, de violence et de vengeance sur fond de légendes celtiques m’a fait passer un très bon moment, même si encore une fois, j’ai été un peu déçue par la fin. Je vais finir par penser que ça vient de moi…

Challenge Thrillers et polars 2013

Challenge Thrillers et polars 2013

Publicités
Cet article, publié dans Romans policiers, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Darling Jim

  1. Mind The Gap dit :

    Encore un polar…mais si la fin t’as déçue c’est qu’il est à moitié réussi. C’est très dur de concilier le suspens avec le dénouement qui tue, sans jeu de mots…

    • somaja1 dit :

      Désolée pour ce nouveau polar ;), mais quand j’aime bien, que veux-tu ! Dis-toi que ça te fais toujours un livre de moins à lire ! 😉 Les fins qui me déçoivent ne sont pas forcément mauvaises, elles ne correspondent simplement pas à ce que j’attends ou sont souvent trop rapides ou encore trop facileson goût…Bref, je suis un peu difficile !

  2. J’ai vraiment adoré ce polar… Spécial et écrit d’une façon plutôt original !! Je le relirais bien tiens ;0)

  3. Et pour une fois je n’avais pas été déçu par la fin, c’est rare parce que ça m’arrive tout le temps à moi aussi pour les polars ;0)

  4. Béné31 dit :

    Ton billet me donne vraiment envie de le lire même le bémol sur la fin…wait & see…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s