Les Ames soeurs

Les âmes soeursLes Ames sœurs – Valérie Zenatti

Qui n’a pas rêvé de passer une journée de travail buissonnier, sans rien dire à personne, juste pour terminer tranquillement un roman qu’on n’arrive pas à lâcher !

Emmanuelle saute le pas. Elle laisse ses trois enfants à l’école et ne regagne pas l’entreprise où l’attend un emploi qui l’ennuie.

Sa journée, elle va la passer en compagnie d’un personnage qui la fascine, Lila Kovner, jeune photographe qui tombe follement amoureuse de Malik. Cet amour sera aussi bref qu’il aura été intense.

Le roman alterne entre les extraits du roman contant l’histoire de Lila, et les pensées d’Emmanuelle. Cette dernière se sent très proche de Lila, pourtant leur vie est si différente ! Lila est jeune, indépendante, son métier la passionne. Emmanuelle se sent de plus en plus étouffée par sa vie de famille, entre son mari, le quotidien d’une mère de trois jeunes enfants et son travail. Elle s’ennuie et  plus rien ne l’enthousiasme.

Toutefois, elles vivent toutes les deux un deuil très douloureux, et c’est certainement cela qui fait qu’Emmanuelle ressent Lila comme une sœur de papier.

A travers la vie de ses deux héroïnes, Valérie Zenatti donne à lire non seulement deux beaux portraits de femmes, mais fait surtout l’apologie de la lecture. Une lecture qui apaise, qui permet l’évasion, l’introspection et amène parfois aussi à prendre des décisions importantes.

Cent cinquante-six courtes pages d’une écriture délicate et sensible.

Si je n’avais qu’un petit bémol, ce serait pour la fin qui m’a un peu déçue (et que je ne vous dévoilerai pas ! ), mais depuis quelque temps toutes les fins me déçoivent…

Pour poursuivre la rencontre avec Valérie Zenatti

Publicités
Cet article a été publié dans Romans. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

18 commentaires pour Les Ames soeurs

  1. On ne s’y perd pas un peu dans ces deux histoires parallèles ?

    • somaja1 dit :

      Non, pas du tout, c’est assez bien amené. Essaie, ça se lit vite et l’écriture de V. Zenatti est fluide etagréable. C’est le premier roman adulte que je lis d’elle, je vais continuer sa découverte.

  2. Syl. dit :

    Pourquoi es-tu déçue par les fins ? Tu les voudrais plus heureuses ? tragiques ? moins bâclées peut-être… c’est vrai qu’ils sont nombreux les livres qui me font pester.

    • somaja1 dit :

      Plus heureuses ? Non, tu sais bien que je préfère le tragique ! C’est juste que c’est arrivé un peu vite. Peut-être qu’elle aurait pu prendre plus de temps pour développer un peu plus les personnages

  3. Je l’ai lu lors de sa sortie et j’avais beaucoup aimé. Cette petite parenthèse, cette bouffée d’oxygène qu’elle s’accorde, j’avais trouvé ça très sympa ;0)

    • somaja1 dit :

      A partir de cette idée de prendre un peu le large de son quotidien, l’histoire aurait pu être complètement différente. On ne l’envie pas de ressentir ce malaise, mais juste de pouvoir prendre un temps à part sans que ça porte à conséquence. Un peu d’oxygène comme tu dis.

  4. anne7500 dit :

    J’ai bien aimé les deux romans jeunesse que j’ai lus de Zenatti, alors pourquoi pas la suivre en adulte !

    • somaja1 dit :

      J’ai aussi découvert V. Zenatti par la littérature jeunesse, j’avais beaucoup aimé.
      Allez, sois adulte ! Lance-toi, tu verras, c’est quand même écrit assez gros, tu devrais y arriver, à condition de ne pas avor abusé de la liqueur de monastère bien sûr ! 😉

      • anne7500 dit :

        Non mais moqueuse, tu ne vas pas t’y mettre non plus !! (Tu m’as bien fait rire avec ce commentaire, ça fait du bien après une fin de journée électrique à l’école !!)

      • somaja1 dit :

        J’ai bien des défauts, mais je ne suis pas moqueuse ! enfin…presque pas… 😉

  5. sylire dit :

    J’avais bien aimé ce livre mais sans que ce soit un coup de cœur. J’avais été un peu frustrée par la nombre de pages que j’avais trouvé insuffisant pour traiter deux histoires.

    • somaja1 dit :

      C’estvrai que j’aurais aimé que les personnages soient plus fouillés et que la fin soit moins convenue. Mais ça reste une jolie lecture qui m’a donné envie de mieux connaître cet auteur.

  6. Mind The Gap dit :

    Les récits à 2 voix ont le vent en poupe. Il a l’air bien ce livre là. La fin est un peu cul cul la praline ou quoi?
    Bises.

    • somaja1 dit :

      Cul cul la praline ! La dernière fois que j’ai entendu cette expression c’était sur la vieille TSF familiale ! 😉
      Je trouve juste que c’est un peu attendu, j’aurais aimé plus d’originalité. En lisant la fin, je me suis dit « tout ça pour ça ? » . Mais en même temps, les auteurs ont bien le droit de choisir leurs fins, non ? Ce serait l’anarchie, si on pouvait jouer un rôle dans tout ça. Encore que, mon Jasper y arrive, lui ! 🙂

  7. Cela me dit moyen, je ne me l’explique pas. Bises

    • somaja1 dit :

      Ne cherche pas à comprendre ! Quand ça veut pas, ça veut pas ! Et puis, je suppose que ce n’est pas comme si tu n’avais plus rien à lire ! 😉

  8. Une Comète dit :

    Lu et beaucoup aimé ! BiSous :))

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s