Les Heures silencieuses

Les tableaux ont souvent inspiré les écrivains, je ne citerai que La jeune fille à la perle de Vermeer qui a donné à Tracy Chevalier l’occasion de nous livrer un merveilleux récit, et Nighthawks de Edward Hopper dont Philippe Besson fait revivre les personnages dans L’arrière-saison.

Les Heures silencieuses - Gaëlle Josse

Les Heures silencieuses – Gaëlle Josse

Ici, Gaëlle Josse, dans son très court premier roman (89 pages), tente de percer le secret d’un tableau de Emmanuel de Witte, Intérieur avec femme à l’épinette. Ce tableau est visible au musée des Beaux-Arts de Montréal.

En 19 courts chapitres, sous forme d’un journal intime, l’auteur donne la parole à cette femme que l’on voit de dos.

Intérieur avec femme à l'épinette - Emmanuel De Witte

Intérieur avec femme à l’épinette – Emmanuel De Witte

Pendant 19 jours de novembre et décembre 1667, Magdalena Van Beyeren, c’est ainsi que Gaëlle Josse la nomme, fait le bilan de sa vie. Elle n’a que 36 ans, mais à cette époque, elle fait déjà partie des femmes sur le déclin.

Elle confie aux pages de son journal les souvenirs de sa jeunesse auprès d’un père administrateur de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales à Delft qui l’a très tôt initiée au métier du négoce. Elle ne pourra toutefois pas exercer ses talents bien longtemps car une fois mariée, comme toutes les femmes de son époque, elle devra se contenter d’une vie de femme au foyer, et c’est son mari qui reprendra l’affaire paternelle. Elle aura toujours le regret de n’être pas née garçon.

Le tableau de De Witte donne prétexte à une évocation détaillée de la vie au quotidien à Delft au 17ème siècle. 

A travers la voix de Magdalena, c’est aussi la voix des femmes de ce Siècle d’Or hollandais que l’auteur nous fait entendre. Ces femmes qui ont dû consacrer leur vie à la tenue d’une maison, qui ont parfois sacrifié des vocations ou des passions, qui ont survécu à de nombreux enfants morts en bas âge et qui ont ruiné leur santé à force de grossesses répétées.

Le récit de Magdalena est également l’occasion d’entrer dans l’intimité d’un foyer et le déroulement du quotidien d’une famille bourgeoise de l’époque, mais aussi de découvrir la vie d’un port et le fonctionnement du commerce colonial.

Magalena se livre avec pudeur et sa sincérité nous la rend très proche et humaine.

Un très beau premier roman, porté par une écriture sensible.

Pour aller plus loin :

– sur Emmanuel De Witte

– sur Les Heures silencieuses  (interview de Gaëlle Josse)

– le son de l’épinette : Three little pieces de Henry Purcell

– sur Intérieur avec femme à lépinette de De Witte (émission de Radio Canada)

Première participation au challenge des notes et des mots chez Anne

Publicités
Cet article, publié dans Romans, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

21 commentaires pour Les Heures silencieuses

  1. Syl. dit :

    Bonjour,
    Un livre déjà noté ! Il faudrait que je feuillette mon vieux carnet pour y piocher des titres.
    Bises So !

  2. Asphodèle dit :

    Déjà noté mais tu me rappelles de quoi ça parle ! C’est étrange car j’ai une sensation de « déjà vu, déjà lu » ! Il y a quelques années, j’ai lu un roman (de qui, je ne sais plus) qui racontait la même histoire mais c’était un gros livre, type saga… Ca se passait aussi à Delft ! Bises belle plante♥

  3. anne7500 dit :

    Une très belle première participation ! J’ai adoré ce premier roman.

  4. Ping : Challenge Des notes et des mots : Le récap 2013-2014 |

  5. sylire dit :

    J’ai beaucoup aimé également !

    • somaja1 dit :

      Une petite douceur qui se savoure sans problème. J’ai hâte de découvrir ce qu’elle a écrit d’autre (j’ai « Nos vies désaccordées » en attente.

  6. Béné31 dit :

    Intéressant !! Je note !!

  7. Déjà noté sur ma LAL. J’ai lu et beaucoup aimé « Nos vies désaccordées » du même auteur, alors forcément, je suis tentée ;0)

  8. Je connais bien le tableau, vu à Montréal… En général j’aime bien les romans qui imaginent une histoire à partir des personnages d’un tableau.

  9. Mind The Gap dit :

    Gaelle Josse je vais bientôt la découvrir. J’avais beaucoup aimé La jeune fille à la perle, le livre, mais surtout le film!

    • somaja1 dit :

      Le film était une belle adaptation avec le fabuleux, le magnifique, l’irrésistible …..Colin, bien sûr ! 😉 Les autres n’étaient pas mal non plus, et toutes les scènes ressemblaient vraiment à des tableaux. Ca me donne envie de le revoir…

  10. Didi dit :

    Quand la littérature s’entremêle à l’art c’est souvent très bon et beau !
    Bises

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s