La Peine du menuisier

La Peine du MenuisierLa Peine du menuisier – Marie Le Gall

 

Roman gagné à la sueur de mon front chez dame Asphodèle.

La Peine du menuisier est un texte autobiographique dans lequel Marie Le Gall met en scène son double – Marie-Yvonne – de l’enfance à l’âge adulte.

Non désirée, elle naît malgré tout – malgré tous – dans la rudesse du Finistère nord des années 50, et dans la rudesse d’une famille enfermée dans les silences, les non-dits et peuplée de fantômes.

Née en 1955 de parents déjà âgés, elle a une sœur de 19 ans son aînée, Jeanne, malade mentale.

L’ambiance est lourde, c’est peu de le dire. La mort est partout : dans les photos de ceux dont on ne parle pas, dans les silences, jusque dans la proximité géographique du cimetière. Cette petite fille ne sait pas mais a l’intuition d’un drame ou d’un secret lié au passé. 

Son père, ouvrier à l’arsenal de Brest est un taiseux, un taciturne. L’aime-t-il ? Impossible à dire. Ce taciturne qu’elle n’appellera jamais autrement que le Menuisier ne lui parle jamais, ne la touche pas.

Finalement, pour comprendre son histoire, l’auteur devra comprendre l’histoire de ce père et de tous les morts de sa famille. 

Ce n’est que bien plus tard, après la mort de son père, qu’elle découvrira la vérité, en lisant le livret militaire du Menuisier. Alors qu’elle n’a jamais eu connaissance que de 9 enfants, il y est fait mention de 10 enfants. Qui est cet oncle dont personne n’a jamais parlé ?

Elle finira par comprendre pourquoi parler était impossible pour son père.

L’auteur décrit très bien la rudesse de la vie dans la France rurale des années 50. Il y a également de très belles descriptions de la Bretagne, de son climat. On sent son attachement à cette terre familiale.

Pourtant, j’ai eu un peu de mal à entrer dans cette histoire, si intime qu’elle met le lecteur légèrement à distance. J’ai souvent eu l’impression d’être voyeuse. J’ai regardé avec étonnement et souvent incompréhension cette petite fille tellement fascinée par la mort qu’elle va jusqu’à passer des heures à regarder des os dans un cimetière. Cette obsession morbide, celle du personnage et donc de l’auteur, m’a frustrée d’empathie pour les personnages.

Bizarrement, ce récit qui livre une intimité familiale à des étrangers (les lecteurs), semble dénué d’émotion. C’est sans doute dû au style, dans fioriture, presque clinique.

Il n’est reste pas moins qu’il s’agit là d’une très belle évocation de la figure paternelle, et que Marie Le Gall lui rend un bel hommage.

Cet article a été publié dans Romans. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s