La petite dame en son jardin de Bruges

bretagne france belgique

Grâce à cette ronde, j’ai déjà découvert un roman belge-  La Plage d’Ostende – et un polar breton – Cézembre noire.

   Aujoud’hui, je vous parle d’un merveilleux petit livre.

 

la petite dame en son jardin de brugesLa petite dame en son jardin de Bruges – Charles Bertin

Il s’agit d’un récit dans lequel Charles Bertin évoque sa grand-mère, une petite dame, avec laquelle il a tissé des liens très particuliers.

Alors qu’il avance lui-même en âge, Charles Bertin éprouve le besoin de se replonger dans ses souvenirs . Il retourne à ses étés d’enfance, à la maison de sa grand-mère, au jardin dans lequel ils ont tant échangé.

Durant sept étés exactement, cette petite dame et son petit-fils vont partager des aventures inoubliables. Ils vont se perdre dans les romans, aller à la découverte de Bruges et de ses trésors, affronter les terribles pavés de la route qui les mènera à la mer du Nord.

Quelle femme que cette petite dame, que cette Thérèse-Augustine que rien ne prédestinait à aimer les livres. Elle que son père avait retirée de l’école à douze ans, ce qu’elle ne lui avait jamais pardonné. Elle se rattrapera avec ce petits-fils, son premier.

Ensemble ils vont aimer les mêmes romans qu’ils liront parfois à deux voix dans le jardin ou qu’ils déclameront lors de leurs déambulations dans Bruges. Ensemble ils vont se perdre dans les illustrations du Larousse. Ensemble, ils vont parcourir l’histoire de la famille.

Elle n’a peur de rien, elle a décidé de « prendre ses désirs pour des réalités » et elle est déterminée à célébrer la personne de ce petit-fils, à lui donner confiance, à lui donner envie de découvrir le monde.

D’ailleurs, le livre s’ouvre sur un souvenir qui à la fois a fait un peu honte à Charles alors qu’il avait dix ans, mais qui l’a rendu tellement fier de sa grand-mère et qui nous donne à nous, lecteurs, une petite idée de la force et de l’originalité de cette petite dame. Elle attend Charles juchée sur un tabouret sur son perron, une trompette à la bouche. « (…) droite comme un i, tête levée, trompette pointée vers le ciel, cambrant sa taille menue avec cette fierté qui parait naturelle à ceux qui ont un compte particulier à régler avec l’univers, elle prenait ouvertement à témoin la population de Saint-André-lez-Bruges de la gloire que les dieux promettaient à son petit fils. J’avais beau l’implorer d’abréger ma torture : les quelques « Grand-Mère ! » suppliants que je parvenais à articuler d’une voix étranglée n’arrivaient pas jusqu’à elle, tandis que le petit cornet, auxquels étaient venus se joindre au bout d’un moment deux ou trois coqs des environs stimulés par la concurrence, continuait à sonner son insupportable diane enrouée par-dessus les jardins. »

Ce récit est bouleversant, drôle et poétique. Charles Bertin dit là tout l’amour qu’il a de sa grand-mère, tout l’amour qu’il a pour ce qu’elle lui a donné. Il est si reconnaissant de ces sept étés passés auprès d’elle, et qui l’ont façonné.

Tout le monde n’a pas eu une Thérèse-Augustine comme grand-mère, mais en lisant ce récit, on ne peut s’empêcher d’évoquer sa propre enfance, les étés dans le jardin de sa propre grand-mère, les goûters, les promenades, les moments autour des photos de famille.

Merci Anne pour cette très belle lecture et pour la découverte d’un auteur dont l’écriture rend un magnifique hommage à la langue, à la littérature et à la culture francophones que nous avons en commun.

Pour en savoir plus sur cet auteur : http://www.charlesbertin.be

Publicités
Cet article, publié dans Romans, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s