Livres dont je n’ai pas parlé : RDV n° 10

Le premier jeudi du mois, c’est le rendez-vous avec Hérisson et Missbouquinaix.

Aujourd’hui, deux romans « animaliers ». Le rapprochement est vraiment tiré par les cheveux, mais j’assume.

ratsRats – David Fermer

Quand j’ai vu le titre, je n’ai pas eu envie plus que ça de me jeter sur ce roman jeunesse, j’avoue une répulsion incontrôlée et incontrôlable pour ces bestioles. Mais quand j’ai vu que c’était Jean-Claude Mourlevat (une référence en matière de littérature jeunesse) qui a fait la traduction, je me suis dit que ça devait être au moins un roman intéressant et bien écrit, bien construit…Vous devinez la suite.

Des orphelins découvrent que l’île où ils résident est le lieu d’expérimentation sur des poissons. Un produit les fait grossir rapidement (les poissons, pas les orphelins !) et permet de nourrir une population toujours croissante et faire ainsi plus de profit. Les rats de l’île ingèrent aussi ce produit et deviennent énormes et potentiellement dangereux. Les habitants de l’île sont évacués, mais quatre orphelins décident de rester pour élucider le mystère.

Un autre orphelin a atteint le continent et devient l’objet d’expérimentations scientifiques. Son histoire continuera dans les égouts au milieu d’habitants des plus particuliers.

Dans ce monde dirigé par un dictateur, un jeune lieutenant trahit l’armée et organise la résistance.

Ces trois histoires vont se croiser, mais après bien des longueurs.

On retrouve les thèmes habituels de la dystopie : une dictature, la prise de conscience, la révolte, les dérives du pouvoir et de la science.

Le problème c’est que d’autres ont fait bien mieux dans le domaine (Gemma Malley notamment) et que le roman fourmille de personnages que l’auteur n’a pas pris le temps de développer, privilégiant l’action. Mais on se perd aussi dans les intrigues différentes. Je suis allée au bout mais sans enthousiasme.On passe.

Un nouveau pour le challenge Littérature jeunesse/Young adult

challenge littérature jeunesse - young adult

 

 

 

 

prenez soin du chienPrenez-soin du chien – J.M Erre

Quatrième de couverture

Rue de la Doulce-Belette, Max Corneloup, auteur de romans-feuilletons, et Eugène Ruche, peintre sur coquilles d’œuf, habitent en vis-à-vis. Chacun suspecte l’autre de l’épier. La méfiance règne, d’autant plus que le voisinage n’est pas spécialement sain d’esprit. Sans compter les commérages de Mme Ladoux, la gardienne… Quand un cadavre est découvert, c’est une véritable psychose qui s’installe. Seraient-ils allés trop loin ?

Un roman très drôle où le lecteur est confronté aux habitants de deux immeubles dans lesquels la folie monte rapidement en puissance. Tout le monde épie tout le monde, tout le monde suspecte tout le monde et tout ça va rapidement tourner à l’aigre. C’est loufoque, déjanté, et pourtant parfois pas si loin de la réalité. On se dit « c’est pas possible, jusqu’où ça va aller ? », et ça va loin, je vous l’assure. C’est très bien construit, entre récit, extraits de journaux intimes, de pseudo œuvres cinématographiques des différents personnages, de lettres. Je ne me suis pas ennuyée un instant.

Chez  Hérisson: Le Monde attend derrière la porte de Pascale Maret / Dear George Clooney, tu veux pas épouser ma mère ? de Susan Nielsen

Chez  Missbouquinaix : Secret absolu de Wilkie Collins / La Délicatesse de David Foekinos / Zéro tués de Sà Moreira

 

 

Publicités
Cet article, publié dans Livres dont je n'ai pas parlé, Romans, Romans dits jeunesse, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s