Livres dont je n’ai pas parlé : RDV n° 7

Avec Hérisson et Missbouquinaix, nous reprenons nos rendez-vous pour présenter des livres dont on n’a pas parlé – pour ma part lus avant le blog ou dont le billet a trop tardé à venir parce que ce n’était pas le moment ou que les mots manquaient directement près la lecture.

Aujourd’hui je vais vous présenter deux romans jeunesse qui sont tous les deux des fins de trilogies.

Pas facile parce que si vous n’avez pas lu les premiers tomes, vous allez être un peu perdus. Mais bon….

le chaos en marche 3

 

Le Chaos en marche / La Guerre du bruit, Vol. 3 – Patrick Ness

Découverte grâce à ma génialissime libraire,voilà une trilogie dont le style m’avait étonnée dès les premières lignes du premier volume, La Voix du couteau. Un véritable coup de poing !

J’attendais la fin avec impatience, et je n’ai pas été déçue. Incroyable, cette fin ! Comme pour  Hunger Games, l’auteur n’a pas cherché la facilité ni le « happy end », mais à mon avis, l’écriture tout en finesse, et les thèmes portés dans cette trilogie la mettent un poil au-dessus de Hunger Games.

Là encore, difficile de résumer sans gâcher la lecture de ceux qui n’auraient pas lu les deux premiers.

Nous sommes sur Nouveau-Monde, une planète colonisée par l’homme il y a quelques décennies, et les premiers habitants de cette planète, les Spackles, ont été décimés.

Rapidement, un mal étrange a atteint les colons. Ils peuvent entendre les pensées de toutes les créatures vivantes (sauf celles des femmes qui ont d’ailleurs toutes disparu une dizaine d’années avant le récit), et subissent dans leur tête un bourdonnement continuel.

Dans le premier volume, c’est la « voix » de Todd, bientôt 13 ans, qui nous fait découvrir ce monde hostile pour ceux qui, comme lui, refusent de suivre les règles. Dans sa fuite il rencontre Viola, une fille rescapée de l’accident de vaisseau spatial de ses parents. Ensemble ils fuiront la rage du Maire de Prentissville, et dans le deuxième volume, c’est la voix de Viola qui nous guidera.

La Guerre du bruit, dernier volume, donne en alternance la parole à Todd, à Viola et à une troisième voix qui porte en elle une grande soif de vengeance, et qui s’exprime avec beaucoup de poésie. Les deux adolescents tenteront tout pour faire cesser la guerre tant désirée par le Maire, au risque de se perdre eux-mêmes. Les scènes de batailles sont nombreuses et terrifantes. L’auteur n’épargne pas ses lecteurs et met ses jeunes personnages dans des situations dramatiques. On souffre avec eux, on les accompagne, on doute, on espère.

Le travail sur la langue est magnifique.

Une langue revisitée, écorchée, râpeuse, qui porte avec brio cette histoire de guerre, de pouvoir, de limites humaines, de trahison, de responsabilité, mais aussi d’amour.

Je me rends compte que je ne vous ai quasiment rien dit de l’histoire. Malgré tout il est difficile de faire court ou de ne pas trop en dire. Si vous aimez les dystopies bien écrites, je me contenterai donc de vous inciter fortement à faire l’expérience de cette trilogie étonnante qui a été pour moi un immense coup de coeur.

 

la révélationLa Révélation –  (The Legacy) Gemma Malley

2142. Il y a déjà longtemps que les humains bénéficient de l’immortalité grâce à la Longévité, pilule inventée par les laboratoires Pincent. Si immortalité il y a, plus besoin de se reproduire, la Terre ne supporterait de toute façon pas une population en constante augmentation.

A 16 ans, pour avoir droit à cette pilule, il faut signer la déclaration qui engage à ne pas avoir d’enfants. C’est simple, mais ce n’est pas l’avis de tout le monde. Certains résistent à cet attrait de la Longévité, et fondent une famille. Ce sont des Illégaux. Ils doivent se cacher, sinon leurs enfants leur sont enlevés et élevés dans des pensionnats où ils subissent maltraitance et lavage de cerveau. Ces enfants doivent être persuadés qu’ils sont des Surplus, qu’ils volent l’eau et la nourriture des Légaux, et doivent payer leur existence en servant au mieux et en consommant le moins possible.

Les deux premiers volets (La Déclaration – L’Histoire d’Anna et La Résistance – L’Histoire de Peter) présentent le fonctionnement de ce monde inhumain où Anna, Surplus, se laisse convaincre par Peter qu’elle a sa place dans la société, qu’ils méritent tous de vivre, et que c’est la vie éternelle qui n’est pas normale. Ils s’enfuiront du pensionnat et joindront la Résistance.

Dans La Révélation, Anna et Peter vivent dans la clandestinité en Ecosse, avec leur bébé. Ils ne savent pas que l’ordre établi par Richard Pincent arrive à son terme. A Londres, et dans bien d’autres lieux dans le monde la Longivité ne semble plus agir comme elle le devrait. Les morts (mot devenu tabou au fil des années) s’accumulent. Pincent les fait disparaître et ment au Ministère sur cette hécatombe. Il accuse la Résistance d’avoir empoisonné les pilules. C’est bientôt le chaos.

Ce volume nous ramène à l’origine de la fabrication de la Longévité et nous en apprend plus sur le personnage de Pincent. L’action est intense, les rebondissements nombreux, et la fin assez surprenante. Encore une dystopie qui ne se termine pas dans le rose et les violons.

La société que Gemma Malley a construite autour de cette envie si humaine de repousser la mort, est particulièrement effrayante parce qu’elle pourrait être vraie.  Cette Longévité relève-t-elle seulement de la science-fiction ? Le pouvoir scientifique et économique des laboratoires pharmaceutiques pourrait rendre cette situation crédible.

Le roman pose bien des questions sur l’éthique scientifique, sur ce qu’est la vie, et sur qui peut décider dans une société de qui peut vivre ou mourir. Quelles seraient les implications environnementales d’une Longévité ? Les ressources de la planète ne sont pas extensibles, on le sait déjà.

Au-delà d’un roman dystopique plein d’aventures, cette trilogie apporte aussi une intéressante réflexion philosophique sur la vie, la mort, « le cercle de la vie » au cœur de l’intrigue du dernier volume.

Chez Hérisson : Les Guerriers de la nuit de Jean-Pierre Andrevon et Le Tour du monde en 80 livres de Marc Wiltz

Chez  Missbouquinaix : Pour une bibliothèque idéale de Raymond Queneau / Les Vertes lectures de Michel Tournier / Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part de Anna Gavalda

Prochain rendez-vous le 1er mars

Deux romans de plus pour le challenge Jeunesse/Young adult

challenge littérature jeunesse - young adult

 

 

Cet article, publié dans Livres dont je n'ai pas parlé, Romans dits jeunesse, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s