Après quelques lectures un peu sombres ou trop fortes pour me donner l’envie de repartir directement dans un autre roman, j’aime bien revisiter mes BD, comme on remet avec plaisir un vieux vêtement dans lequel on se sent toujours bien, sans surprise, c’est confortable et ça apaise….

La Complainte des landes perduesComplainte des landes perdues –  Rosinski et Dufaux

 Qu’en pensez-vous ? Le mal est-il au cœur de l’amour ? L’amour est-il au cœur du mal ? 

Rosinski (Thorgal)  et Dufaux (Murena) vous donneront la réponse dans le premier cycle de Complainte des landes perdues. Ce cycle est composé de deux  volets : Sioban  et  Blackmore d’une part, Dame Gerfaut et  Kyle of Klanach d’autre part, et on y oscille entre  Moyen-âge et fantastique, enveloppé d’un doux parfum de légendes du monde celte.

 Le premier volet nous amène à la rencontre de Sioban, jeune princesse sans royaume. Son père, le Loup-Blanc, roi des Sudenne, est mort lors d’une bataille lâchement gagnée par le mage Bedlam grâce à ses pouvoirs maléfiques (et en plus il est très, très laid). Bedlam devenu le nouveau maître du royaume, Sioban et sa mère sont bannies et en danger. Seul l’oncle de Sioban, le terrible et mystérieux Blackmore (pas beaucoup plus beau que Bedlam, et pour cause, mais là j’en dit déjà trop…), est en mesure de les protéger, c’est pourquoi Lady O’Mara, mère de Sioban, accepte de l’épouser (il y a là comme un petit arrière goût d’Hamlet, non ?).

Sioban n’a qu’une envie, reconquérir son royaume, restaurer l’autorité de sa famille, et se venger de Blackmore et de Bedlam.

 Dans la second volet, Sioban, ayant vaincu le mage (bon, ce n’était pas vraiment une info à tenir secrète…), fait régner la paix sur ses terres. Elle est toutefois à nouveau menacée par  Dame Gerfaut, affublée d’un fils pervers et qu’elle terrorise (je n’en voudrais pas à la maison, mais je n’ai pas pu m’empêcher d’avoir quand même un peu pitié de lui). Cette horrible femme est bien décidée à conquérir le royaume de Sioban en usant des pouvoirs qu’elle détient du mage pour lui faire son fils.

 Secondée par le fidèle Seamus, chevalier du pardon, la jeune princesse devra faire son chemin au milieu de toutes ces conspirations, elle qui a encore la naïveté de l’enfance. Elle va rencontrer l’amour avec le beau Kyle of Klanach (ah ! le beau Kyle !), devra subir un mariage avec le fils Gerfaut, affronter la mort pour mieux échapper aux griffes de sa belle-mère….

 Quatre volumes dans lesquels le Bien et le Mal s’affrontent, et devinez qui va gagner ? Le scénario est assez classique mais on se laisse prendre par les aventures de la jeune Sioban.

Il y a tous les ingrédients pour faire une bonne histoire : de l’émotion,  du suspens, des trahisons, de l’amour, de beaux personnages (ah ! le beau Kyle ! comment ça je radote ?),  de l’humour aussi avec un adorable, espiègle et ivrogne ouki – petit animal entre le chien et l’écureuil, doté d’une surprenante langue genre caméléon – oui, ça semble bizarre mais je n’arrive pas à bien le définir, d’autant plus qu’il est bleu !

 Et élément très important, le dessin de Rosinski est magnifique, très proche de celui de Thorgal.

Bon, je ne résiste pas, je vous mets une image du beau Kyle, qui a failli me faire oublier l’amour de mes 8 ans : le beau Rahan, (oui, bon, on évite de se moquer…) Kyle of K

 

 

Cet article a été publié dans BD /albums. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s